14 mars 2012

Choisir un hébergement

Bookmark and Share Flux RSS

Les conséquences de la perte d’autonomie et l’évolution de la maladie d’Alzheimer nécessitent souvent une prise en charge renforcée de la personne âgée. Le maintien à domicile peut désormais être prolongé le plus longtemps possible grâce à des services adaptés et à l’accueil temporaire en établissement. Mais quand le maintien à domicile de la personne âgée représente un danger ou devient trop lourd à gérer pour l’entourage familial, l’accueil en établissement devient une solution. Les personnes âgées et leurs proches doivent alors prendre en compte divers éléments pour choisir un hébergement qui leur convient.

Services à domicile ou accueil temporaire ?

Lorsque les personnes vivent chez elles, les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) assurent, sur prescription médicale, aux personnes âgées de plus de 60 ans malades ou dépendantes les soins infirmiers et d’hygiène générale ainsi que les concours à l’accomplissement des actes essentiels de la vie. Ils ont ainsi pour objet de prévenir ou de différer l’entrée à l’hôpital ou en établissement d’hébergement (EHPAD) et de raccourcir certains séjours hospitaliers.

Mais le maintien permanent à domicile peut être difficile quand se cumulent plusieurs facteurs : personne âgée trop désorientée, aidant épuisé, isolement, logement qui ne convient plus... Des solutions intermédiaires entre le domicile et l’établissement sont alors envisagées :

  • La colocation senior-étudiant: des seniors accueillent comme locataires des étudiants ou des apprentis. C’est une manière innovante de rompre l'isolement des personnes âgées contre un logement gratuit ou à prix très modéré à un étudiant ou apprenti. L’étudiant n'a pas la fonction d'une aide à domicile ou d'une aide ménagère, mais s'engage à être présent plusieurs soirs par semaine. Il peut aussi lui rendre quelques services. (voir le site www.paris.fr pour info).
  • L’accueil de jour, qui permet le répit des aidants, le maintien des acquis des personnes âgées, une éventuelle préparation à une entrée en maison de retraite.
  • L’accueil temporaire : il répond à la même logique que l’accueil de jour, mais sur une période plus longue et avec un accueil en continu. Sa durée peut varier de quelques jours à plusieurs semaines.
  • Les activités en Centre d’Accueil Thérapeutique à Temps Partiel (ateliers mémoire par exemple).
  • L’accueil à temps partiel de nuit en établissement, pour des personnes ayant des troubles du comportement, confondant le jour et la nuit (accueil intégrant repas du soir et petit déjeuner)
  • La garde de nuit, y compris garde de nuit itinérante, qui permet de « visiter » plusieurs personnes agées, personnes désorientées ou angoissées la nuit. Ce type de garde peut contribuer à la prévention de la dépendance, en évitant certaines hospitalisation en urgence la nuit.
  • L’accueil familial : il consiste en l’accueil, contre rémunération, d’une personne âgée ou d’un couple de personnes âgées par une famille d’accueil, préalablement agréée. On distingue deux catégories d'accueil familial : l'accueil thérapeutique et l'accueil social (afin de lutter contre l'isolement).

Malgré la diversité des solutions, le maintien à domicile peut être difficile du fait du manque de coordination des interventions multiples, ainsi que du coût des aides à domicile.

Quel hébergement en établissement ?

Les conditions d'accès et de prise en charge éventuelle varient selon le type d'établissement et selon qu'il dépend du secteur public ou du secteur privé. Par ailleurs, les établissements peuvent être plus ou moins médicalisés selon qu'ils ont vocation à accueillir des personnes âgées autonomes, en perte d'autonomie ou dépendantes.

Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) offrent des structures médicalisées assurant une prise en charge globale de la personne âgée, incluant l'hébergement en chambre ou en logement, les soins médicaux et de surveillance, les repas et divers services spécifiques. Ils comprennent les 3 types de structures suivantes :

  • Les maisons de retraite sont des lieux d’hébergement collectif qui assurent une prise en charge globale de la personne, incluant l’hébergement en chambre (ou en logement), les repas et divers services et soins spécifiques. Les unités de soins longue durée (USLD) proposent le même type d’hébergement tout en étant rattachées a` un hôpital public. La maison de retraite peut être un véritable choix pour des personnes peu entourées ou dont l’état de santé nécessite beaucoup de soins au domicile.
  • Le logement foyer pour personnes âgées comporte des logements et offre des équipements ou services tels que : restaurant, salle de réunion, infirmerie, service de blanchissage, de surveillance. La personne hébergée en logement foyer est locataire. Les logements sont autonomes (privatifs). Il peut y avoir dans le logement foyer une section de cure médicale.
Il existe d’autres types de structures d'hébergement des personnes âgées:
  • Unité de soins spécifiques Alzheimer accueillant des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'un syndrome apparenté et offrant des structures spécialisées répondant à des critères précis d'adaptation architecturale, de qualification du personnel, de participation des familles et de soins spécifiques
  • Résidence services accueillant des personnes âgées autonomes, valides ou semi-valides et offrant des appartements individuels bénéficiant d'équipement et de services collectifs facultatifs (restauration, services ménagers, services médicaux, activités culturelles et de loisirs)
  • Maison d'accueil rurale accueillant des personnes âgées autonomes ou en légère perte d'autonomie et offrant des appartements indépendants bénéficiant d'espaces de vie collectifs

Quel que-soit le lieu de vie, toute personne âgée qui ne dispose pas de ressources suffisantes pour payer ses frais d'hébergement peut solliciter une aide sociale du Conseil général pour couvrir en totalité ou en partie ses frais de séjour (loyers) :

  • l'allocation de logement sociale (ALS)   ou l'aide personnalisée au logement (APL)  , pour le tarif "hébergement",
  • l'aide personnalisée d'autonomie (APA), pour le tarif "dépendance".

Choix du lieu d’hébergement

Au-delà des considérations de santé imposant l'entrée en établissement ou de coût guidant le choix du type d'établissement, des enquêtes ont relevé un certain nombre de critères de satisfaction que les personnes âgées et leurs proches peuvent garder à l’esprit pour choisir le lieu d'hébergement :

Il s’agit d’éléments relatifs à la prise en charge médicale :

  • la disponibilité´ ou l’attention portée à la personne,
  • la formation et la qualification des personnels,
  • la présence de personnel la nuit,
  • la fréquence des interventions de soignants extérieurs,
  • l’organisation de la permanence et du suivi des soins, et la gestion des médicaments,
  • l’existence de protocoles de prise en charge spécifique à certaines situations (incontinence, prévention des escarres...),
  • l’évaluation globale individuelle comportant notamment une évaluation des fonctions cognitives et une évaluation systématique de la douleur.

Et d’éléments relatifs à la prise en charge sociale et hôtelière :

  • l’avis sur l’admission du médecin coordonnateur,
  • la situation géographique de l’établissement,
  • la réputation de l’établissement,
  • les conditions des repas: les horaires du repas du soir, la qualité´ et la quantité´ de la nourriture, une marge de manœuvre existe dans le choix du menu, et du voisin de table,
  • la possibilité de sortir de l’établissement aussi souvent que souhaité,
  • la participation et les possibilités de choix des personnes âgées pour maintenir leur pouvoir de décision et exprimer leurs préférences,
  • la vie sociale des résidents à travers les activités collectives, les occupations l’après- midi, les relations avec les autres résidents, et les contacts avec leur famille,
  • les espaces spécifiques ou de déambulation pour les personnes atteintes de détérioration cognitive.
Pour bien vivre son entrée en établissement -qui est déterminant dans le fait de bien y vivre ensuite- il est ainsi recommandé que la personne âgée fasse une visite préalable de l’établissement sélectionné et une rencontre avec son personnel, et si possible même y passe une journée ou un court séjour, et y prenne un repas.


Bookmark and Share Flux RSS

Actualité aidant

Adapter le logement des personnes âgées

Selon un sondage OpinionWay réalisé en mars 2012, pour l'Observatoire de l'intérêt général, 90 % des Français préfèrent adapter leur logement plutôt que d'intégrer une maison de retraite. 69 % des personnes interrogées disent ne pas pouvoir assumer le coût d'un hébergement médicalisé sur le plan financier.

Simulateur aidant

Quel niveau d'autonomie ?


Comment être sensibiliser sur l’évolution possible de la personne en perte d’autonomie et l’aggravation de son état ?

Agrandir la police

Si vous trouvez l'écriture du site web trop petite, il est possible de l'agrandir via le navigateur :
1. Pour tous les navigateurs
touche ctrl et molette de la souris
2. Par les menus des navigateurs :
* Affichage >>> Taille du texte (Internet Explorer 6 et 7)
* Affichage >>> Zoom (Firefox / Opéra / Internet Explorer 8 et +)
* Menu >>> Réduire/Agrandir (Safari / Chrome)
3. Pour tous les navigateurs sauf Internet Explorer 6
touche ctrl et touche + pour zoomer
touche ctrl et touche - pour dé-zoomer
4. Pour les utilisateurs Mac :
Remplacer touche ctrl par touche cmd
Le contenu mis à disposition sur le site est fourni à titre informatif. Il appartient à l'internaute d'utiliser ces informations avec discernement et esprit critique. L'existence d'un lien de ce site vers un autre site ne constitue pas une validation dudit site ou de son contenu. La responsabilité de l'éditeur ne saurait être engagée quant aux informations, opinions et recommandations formulées par ces tiers. Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, du Site ou de tout élément entrant dans sa composition, quel qu'en soit le support ou le procédé est interdite. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile ou pénale du contrefacteur.