17 décembre 2012

Choisir son hébergement lorsqu’on est dépendant

Bookmark and Share Flux RSS

En France, les maisons de retraite accueillent aujourd'hui plus de 600 000 personnes âgées ; elles jouent un rôle majeur dans la prise en charge des personnes qui ont des difficultés à rester au domicile. Les maisons de retraites proposent également des structures d’hébergements spécialisées pour les personnes âgées dépendantes. Il existe au sein de ces structures des possibilités et de formules d’hébergements. Pour accompagner la personne âgée dépendante et son entourage dans le choix d’un établissement spécialisé, nous vous détaillons les différentes solutions existantes, les démarches à suivre pour intégrer ces lieux de vies et les conseils à suivre pour bien choisir sa maison de vie.

Quand choisir une entrée en maison de retraite ?

Pour une personne âgée devenue dépendante et son entourage, il n'est pas toujours aisé de prendre la décision de quitter son domicile pour entrer en maison de retraite spécialisée. Des facteurs vous permettent d’identifier le moment où le maintien à domicile atteint ses limites et donc d'envisager une entrée en établissement spécialisé pour la personne âgée dépendante.

En cas de signaux révélateurs, réfléchissez à cette possibilité pour prendre la décision en amont avec la personne âgée.

si la perte d'autonomie de la personne âgée s’aggrave.
s’il existe une limite dans la mise en place d’aides au domicile de la personne dépendante.
si l’entourage familial devenu aidant de la personne âgée manque de temps et de disponibilité.
si le sentiment d'isolement et de solitude est manifesté par la personne âgée.

Cette entrée en maison de retraite permet à la personne dépendante de bénéficier d'une présence humaine 24h/24, de vivre dans un cadre protégé et de créer un lien social lui permettant d’éviter ce sentiment d'isolement.

En cas d’urgence, une décision d’admission doit être prise rapidement.

Si elle est liée à des « accidents de la vie » tel que le décès du conjoint, une chute ou une maladie. Une décision d’urgence est à prendre avec la personne et son entourage lorsque le maintien à domicile est devenu impossible.

Pour éviter que l'admission se fasse dans des conditions d'urgences pouvant perturber la personne dépendante, nous vous conseillons d’en parler en amont avec la personne pour envisager cette solution d’hébergement. Pour être conseillé en tant qu’aidant, parlez-en également avec des professionnels des maisons de retraites.

Quels séjours en résidence pour personne dépendante?

Les résidences pour personnes dépendantes offrent plusieurs possibilités d'hébergements et de types de séjours. Adaptées à chaque la situation individuelle de la personne âgée et à celle de son entourage familial, chaque solutions doit être envisagée en cas de besoin.

1- L'accueil de jour 

L'accueil de jour est destiné aux personnes âgées dépendantes souffrant de la maladie d'Alzheimer ou de troubles apparentés. Il permet de les accueillir une ou plusieurs journées par semaine et vise à les stimuler. Ils peuvent être situés dans des maisons de retraite (EHPAD) ou être autonomes.

L'admission en accueil de jour se fait après un diagnostic établissant l’existence de troubles neuro-dégénératifs, au cours d’une consultation mémoire.

L’accueil de jour permet également aux aidants de la personne âgée de profiter de moment de répit.

2- Séjour temporaire

Les séjours temporaires est destinée à répondre à un accueil limité dans le temps, ils sont souvent rattachés à des maisons de retraites.

L’hébergement temporaire est une solution indiquée dans différentes situations :

  • en cas d’absence des proches et des aidants durant les vacances,
  • lors d'une sortie d’hospitalisation et que la personne âgée a besoin de convalescence,
  • de travaux dans le logement de la personne âgée,
  • une fatigue temporaire de la personne âgée qui souhaite se reposer
  • pour aider la personne à prendre la décision d'entrer de façon définitive en EHPAD.

3- Long séjour

Le long séjour en EHPAD est destiné aux personnes âgées dépendante n'ayant plus la possibilité ou/et la volonté de se maintenir à leur domicile. Leur choix s’oriente alors sur une admission en EHPAD qui pourra prendre en charge la dépendance et devenir le nouveau lieu de vie.

Comment vous faire accompagner pour l’admission ?

Si vous souhaitez être accompagné dans cette prise de décision et dans la mise en place d’une admission en établissement spécialisé pour personne âgée dépendante, vous pouvez faire appel à plusieurs interlocuteurs ou  organismes.

Le médecin traitant : il  pourra vous aider à remplir le dossier médical de l'établissement et vous donner son avis sur des établissements qu'il connait. En qualité de médecin traitant, il pourra, selon l’état de santé et de dépendance de la personne âgée, vous guider sur le moment opportun.

Les services sociaux : CCAS, caisse de retraite, CLIC, etc. Ces différents services sociaux pourront vous guider et vous accompagner dans les démarches. Ils sont là pour accompagner, orienter et aider dans la constitution de vos dossiers en maison de retraite pour personne dépendante.

Les services sociaux pourront, en lien avec le médecin traitant, vous accompagner dans votre décision et, selon les aides possibles à la maison, vous guider sur le choix des établissements. Ils pourront également identifier avec vous quelles sont les aides financières auxquelles vous pourriez prétendre en fonction de la situation.

L’assurance dépendance : en cas de souscription à un contrat d’assurance par la personne dépendante, vérifiez auprès de votre assureur si son contrat d’assurance couvre un service d’assistance à la recherche d’une place en établissement spécialisé pour personne dépendante.

Ces organismes accompagnent dans les démarches et permettent une visibilité sur les places disponibles au moment de la demande.

Notez que ces organismes privés, il est important de toujours visiter la maison de retraite avant de la choisir. C'est en visitant l'établissement et en parlant avec l'équipe et les résidents que vous pouvez vous faire une idée de la qualité de la structure.

Quel type d’établissement choisir ?

Il existe en France plusieurs types d’établissements pour les personnes âgées dépendantes. Pour déterminer celui qui sera le plus adapté à la situation et aux attentes, plusieurs solutions existent.

1- L’Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées dépendantes

Les maisons de retraite pour personnes dépendantes sont dites médicalisées quand elles comprennent un médecin coordonnateur, des infirmières, des aides-soignantes, orthophonistes, kinésithérapeute, etc.

Les établissements pouvant prétendre à cette appellation doivent avoir signé une convention tripartite pluriannuelle avec le Conseil Général et l'Assurance Maladie. Ces établissements sont conventionnés par la Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales.


On y distingue 2 catégories :


Les maisons de retraite publiques : elles appartiennent aux départements ou aux communes. Leurs tarifs sont régis par le Conseil Général. Les personnes âgées ne pouvant payer l'établissement dans sa totalité peuvent bénéficier de l'aide sociale


Les maisons de retraite privées : elles appartiennent à un ou plusieurs organismes. Elles peuvent être gérées par des caisses de retraite, des mutuelles, des groupes privés spécialisés, des fondations, des associations, etc. Le nombre de places habilitées à l'aide sociale sont limitées.


On remarque une marge de tarifs très large au sein des établissements privés qui sont le plus souvent non conventionnés. Les tarifs appliqués sont souvent plus élevé que dans les maisons de retraites publiques.


2- Le Centre d'Activités Naturelles Tirées d'Occupations Utiles : c’est une unité prenant en charge les personnes âgées présentant une démence ou la maladie d'Alzheimer. L'objectif du CANTOU est d’organiser un projet de vie autour de la personne et de lui permettre de l'accompagner dans les problèmes liés à ces pathologies, tels que les angoisses, les troubles du comportement, etc.

Les CANTOU peuvent être intégrés à une maison de retraite ou avoir une existence propre.


3- Les Unités de Soins de Longue Durée  : ce sont des unités qui accueillent des personnes âgées très dépendantes, dont l'état de santé nécessite une surveillance constante et des traitements médicaux lourds. Dans la plupart des cas, elles sont rattachées à un établissement hospitalier. Les dépenses liées aux soins sont prises en charge par l'Assurance Maladie.

Quels sont les différents tarifs à comparer ?

Pour comprendre la tarification d'une maison de retraite, il faut savoir que depuis janvier 2002, la tarification d’un hébergement en établissement se compose de trois parties. La comparaison est ainsi rendue plus transparente selon 3 critères, le coût, le niveau de prise en charge et les moyens médicaux disponibles.

  1. Le tarif hébergement : il comprend le logement, la pension complète, le linge de maison et de toilette, l'animation. Ce tarif est entièrement à la charge de la personne accueillie.
  2. Le tarif soins : il comprend les soins médicaux dispensé par le personnel médical de l'établissement et ceux pratiqués par les intervenants extérieurs pris en charge par l'assurance maladie.
  3. Le tarif dépendance : il comprend l'aide dans les actes de la vie quotidienne en fonction de la perte d'autonomie de la personne. Cette dernière est calculée selon la grille nationale d'évaluation AGGIR et est pris en charge en partie ou entièrement par l'Aide Personnalisée à l'Autonomie (APA), en fonction du montant de la retraite de la personne dépendante.

En complément de ces trois volets réglementés 2 autres tarifs sont à comparer :

  1. es suppléments à comparer : il est à noter que dans le prix de l'établissement, certaines prestations dites facultatives peuvent s'ajouter. Il s'agit par exemple de la location d'une télévision ou d'un téléphone, du service de blanchisserie, le coiffeur, le pédicure, etc.
  2. La localisation géographique : un dernier critère est à prendre en compte dans la comparaison à savoir le lieu géographique. A titre indicatif, il existe des écarts de tarifs selon le lieu géographique souhaité : Paris intra-muros, les prix vont de 2800 à près de 5000 euros tandis qu’en province les prix varient de de 1500 à 3000 euros.

Quelles sont les aides au financement ?

1- L'APA

L'allocation personnalisée d'autonomie est une aide destinée aux personnes âgées en perte d'autonomie. Elle concerne aussi bien les personnes vivant à domicile que celles vivant dans un établissement.
En maison de retraite, l'APA aide les personnes âgées à s'acquitter du tarif dépendance. Elle permet de mieux prendre en charge la perte d'autonomie de la personne et d'améliorer sa vie quotidienne au sein de l'établissement. Pour y prétendre, vous devrez, en lien avec l'EHPAD ou le Centre Communal d'Action Sociale (CCAS), constituer un dossier « d'APA en établissement » qui sera instruit par le Conseil Général.
Pour pouvoir y prétendre en maison de retraite, la personne doit remplir plusieurs conditions :

  • être âgé de 60 ans ou plus,
  • avoir besoin d'une aide pour l'accomplissement des actes essentiels de la vie ou être dans un état nécessitant une surveillance régulière (groupe 1 à 4 de la grille AGGIR),
  • être en perte d'autonomie en raison de son état physique ou mental.
  • L'APA n'est pas soumise à conditions de ressources, mais une participation restant à la charge de la personne est calculée en fonction de ses ressources.

2- L'aide sociale

Si vos ressources ne vous permettent pas de prendre en charge le financement d'une maison de retraite, vous pouvez faire appel à l'aide sociale à l'hébergement.
Son montant et son attribution se calculent selon la situation de la personne qui en fait la demande et de son entourage.

Pour bénéficier d'une admission au titre de l'aide sociale, il est important de déposer la demande avant son admission en maison de retraite ou dans les deux mois qui suivent ! Renseignez-vous au préalable auprès de votre centre communal d'action sociale, car certaines procédures différentes d'un département à un autre.

Une enquête est menée par la commission départementale de l'aide sociale et vérifie les conditions :

  • être âgé de 65 ans ou plus (ou 60 ans en cas d'inaptitude au travail),
  • être dépourvu de ressources suffisantes pour payer l'hébergement.
  • Résidence en France et être de nationalité française ou, pour les étrangers, détenir un titre de séjour valable.

Si vous êtes éligibles à l'aide sociale, faites bien attention sur l'établissement choisi ! Il doit impérativement être habilité au titre de l'aide sociale. De plus, l'enquête administrative peut prendre du temps et le traitement de votre dossier peut prendre de deux à six mois.
Il est parfois possible d'en faire la demande dans un établissement non habilité, si vous y avez vécu plus de 5 ans et que vos ressources ne sont plus suffisantes pour faire face au coût.
Sachez que le montant de l'aide apportée par la collectivité est variable et dépend de :

  • la participation du bénéficiaire (90% de ses revenus sont affectés au paiement de ses frais d'hébergement)
  • la contribution des obligés alimentaires (selon les départements, il peut s’agir des enfants, voire petits-enfants)
  • du montant des frais d'hébergement de l'établissement choisi. 

Lorsque l'aide sociale est attribuée, la personne et les parties concernées (obligés alimentaires, maison de retraite) reçoivent la notification ; la prise en charge est délivrée pour une durée de 5 ans, renouvelable dans les mêmes conditions. Elle peut être révisable à tout moment si la situation financière de la personne évolue.

  • Les frais de séjour sont alors réglés directement par l'aide sociale sur la base d'un prix de journée fixé annuellement par le Président du Conseil Général.
  • 90 % des ressources de la personne âgée sont récupérées par le département, qui doit toutefois lui laisser à disposition un minimum mensuel.
  • Si l'aide sociale est attribuée lorsque les ressources sont insuffisantes et elle est récupérable sur succession.

3- L'APL

L'aide personnalisée au logement (APL) est une allocation permettant de subventionner les dépenses liées au logement. Vous pouvez en faire la demande en maison de retraite si l'établissement est conventionné agréé par l'état.

Le montant de l'APL dépend de votre niveau de revenus et du niveau de dépenses consacrées à son logement.

C'est la Caisse d'Allocation Familiale (CAF) qui va calculer le montant de l'aide, en fonction des ressources, du coût d'hébergement de l'établissement et de son lieu d'implantation.

Si l'allocation vous est attribuée, elle sera mensuelle et peut être versée directement à la maison de retraite. Tout comme l'aide sociale, elle est révisable à tout moment, selon modification des ressources. Annuellement, la CAF vérifiera si vous rentrez toujours dans les conditions.

Si vous souhaitez faire une demande, adressez-vous à la Caisse d'allocations familiales de votre commune. www.caf.fr.

4- Les aides fiscales

Il est possible de bénéficier de certaines mesures fiscales intéressantes lors de votre admission en maison de retraite :

  1. Une réduction d'impôt correspondant à une aide de 25% des dépenses, peut s'appliquer au titre des frais de dépendance et d'hébergement, dans la limite de 10 000 euros par an et par personne. Il est à noter qu'il faut déduire l'APA de la déduction. Cette déduction peut se cumuler avec l'aide prévue pour l'emploi d'une personne à domicile, dans le cas où le conjoint est resté à domicile.
  2. Les obligés alimentaires qui versent une pension pour leurs parents hébergés en maison de retraite peuvent bénéficier d'une déduction fiscale.
  3. Si la personne bénéficie d'une chambre individuelle en maison de retraite, elle est soumise à la taxe d'habitation. Toutefois, si le règlement intérieur de l'établissement oblige les pensionnaires à prendre le repas dans une salle commune, si le personnel a un accès libre aux chambres et d'autres « limitation de cette chambre seule », les personnes ne seront pas soumises à la taxe d'habitation. Renseignez-vous auprès de l’EHPAD choisie.

Comment préparer l’entrée en maison de retraite ?

Lorsque vous avez pris la décision et fait le choix de l'établissement, vous allez pouvoir faire la visite de préadmission.

1- La visite de préadmission

Cette visite s'effectue avec le médecin coordonnateur et le directeur. Pendant la visite, vous pouvez être accompagné de la personne de votre choix. Cela vous permettra de vérifier si l'établissement correspond à vos attentes. Cette visite pourra également permettre à l'établissement de vérifier que votre état de santé correspond aux possibilités d'accueil.

2- Le dossier d’admission

Pendant la visite de préadmission, le médecin remplira avec vous le dossier d'admission. Il fera ensuite un bilan en évaluant votre degré de dépendance en fonction de la grille AGGIR qui est la grille qui fait référence pour évaluer votre niveau d’autonomie.
Si la visite de pré admission se conclut par un accord des deux parties, vous pourrez alors effectuer les formalités administratives d'admission

3- Le consentement de la personne

Le directeur de la maison de retraite devra ensuite avoir « le consentement libre et éclairé » de la personne comme le stipule le code santé publique (article L1111-4), ou si celle-ci n'est pas en état de le faire, son représentant légal.4- L’admission de la personne
En fonction des disponibilités de l'établissement, la commission d'admission donnera sa décision pour votre admission

Comment choisir un établissement ?

Lorsque vous vous rendez à la visite de l'établissement, prenez soin de rien laisser au hasard. Prenez votre temps et posez toutes les questions que vous souhaitez !

Vérifiez 5 caractéristiques qui vous permettront d’évaluer la qualité de l'établissement choisi :

  1. La qualité de l'encadrement médical : présence d'un médecin coordonnateur, de personnel soignant formée au grand âge, d'une surveillance 24h sur 24, etc. 
  2. La qualité des locaux et leur entretien : vérifiez qu'il existe bien un agrément de la DDASS ou une convention tripartite, que les locaux sont propres, confortables, sécurisées, etc. 
  3. La qualité de la restauration : repas livrés ou préparés sur place, menu à la carte, possibilité d'inviter des personnes, etc. 
  4. La qualité des activités : existence d'ateliers thérapeutiques (mémoire, peinture,...), animations adaptées, sorties organisées, présence dans l'établissement d'un animateur, services de coiffures, pédicure, etc. 
  5. La possibilité d’avoir de la kinésithérapie et de l’orthophonie si nécessaire (prescrite par le médecin traitant), présence d’une psychologue, d’une psychomotricienne ou d’un ergothérapeute.

Comment aider la personne âgée et la famille ?

Pour aider et accompagner la personne âgée et sa famille dans cette nouvelle étape de la vie, vous pourrez compter sur les intervenants qui vous auront guidé et les professionnels de l'établissement. Ils seront là pour vous orienter et aider à l'admission.

  1. Préparer l’entrée en établissement avec la personne dépendante.
    Il est important de prendre en compte la préparation du jour d'entrée. En parler avec la personne, visiter l'établissement, aménager et décorer la chambre avec des objets choisit par la personne. Ces moments faciliteront la transition entre le domicile et l’établissement spécialisé. 
  2. Préparer l’entrée avec les professionnels de l’établissement
    Pour que le séjour se passe au mieux, il est important de donner aux professionnels de l'établissement les éléments importants (tant médicaux que les habitudes de vie, les faits marquants de vie) de la prise en charge de la personne accueillie. Cela permettra à l'équipe d'éviter une aggravation des difficultés de la personne par faute de connaissance et une meilleure intégration. Pour aider au mieux l'intégration de la personne âgée, l'équipe de l'établissement sera là pour l'aider à prendre rapidement ses repères. Il lui sera présentée les autres résidents et les professionnels, elle pourra être accompagnée dans les différents espaces où lui sera expliqué l'organisation des lieux, on lui présentera les activités possibles et lui désignera un professionnel pour l'accompagner les premières semaines, etc.
  3. Etre présent dans le nouveau lieu de vie de la personne dépendante
    Pour favoriser l'accueil, l'équipe sera présente et vigilante les premières semaines de vie. L'objectif est que l'intégration dans le nouveau lieu de vie soit réussie. 
    Il sera aussi primordial pour les personnes accueillies de maintenir une vie sociale et familiales au sein de la maison de retraite. La proposition d’activités adaptées à la dépendance, les espaces de vie communs, les repas mais aussi les visites, tous ont pour vocation de maintenir ce lien social. 


Bookmark and Share Flux RSS

Simulateur

Conformité du logement ?


Comment évaluer la qualité de votre logement en termes de prévention des risques de chutes, mais aussi d’isolement, de qualité de vie avec toutes les conséquences que l’on connaît sur la perte d’autonomie ?

Simulateur

Quel besoin d’aide ?


Comment évaluer le besoin d’aides sous la forme d’outils et de technologies pour faciliter la vie quotidienne et le maintien à domicile d’une personne dépendante ou en perte d’autonomie ?

Simulateur

Quel risque de maladie ?


Quel risque de maladie vous avez dans le cadre de vos comportements santé actuels ? Comment vous pouvez faire évoluer ce risque en modifiant vos comportements ?

Agrandir la police

Si vous trouvez l'écriture du site web trop petite, il est possible de l'agrandir via le navigateur :
1. Pour tous les navigateurs
touche ctrl et molette de la souris
2. Par les menus des navigateurs :
* Affichage >>> Taille du texte (Internet Explorer 6 et 7)
* Affichage >>> Zoom (Firefox / Opéra / Internet Explorer 8 et +)
* Menu >>> Réduire/Agrandir (Safari / Chrome)
3. Pour tous les navigateurs sauf Internet Explorer 6
touche ctrl et touche + pour zoomer
touche ctrl et touche - pour dé-zoomer
4. Pour les utilisateurs Mac :
Remplacer touche ctrl par touche cmd
Le contenu mis à disposition sur le site est fourni à titre informatif. Il appartient à l'internaute d'utiliser ces informations avec discernement et esprit critique. L'existence d'un lien de ce site vers un autre site ne constitue pas une validation dudit site ou de son contenu. La responsabilité de l'éditeur ne saurait être engagée quant aux informations, opinions et recommandations formulées par ces tiers. Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, du Site ou de tout élément entrant dans sa composition, quel qu'en soit le support ou le procédé est interdite. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile ou pénale du contrefacteur.