15 mars 2012

La dépression

Bookmark and Share Flux RSS

La dépression est une maladie très fréquente. Elle peut affecter n’importe qui, à n’importe quel âge. Cependant, elle passe souvent inaperçue chez les personnes âgées.

Généralités

La dépression est une maladie très fréquente. Elle peut affecter n’importe qui, à n’importe quel âge. Cependant, elle passe souvent inaperçue chez les personnes âgées, parce que certains signes de dépression peuvent être confondus avec des signes de vieillissement.

En effet, la dépression est plus difficile à reconnaître chez le sujet âgé du fait des modifications somatiques contemporaines du vieillissement, de l’intrication fréquente avec des affections somatiques et de l’idée, trop classiquement répondue et fausse, que cette période de la vie s’accompagne inéluctablement d’une certaine tristesse.

La présentation clinique de la dépression chez le sujet âgé est aussi moins évidente et moins franche que chez le sujet jeune.
Pour toutes ces raisons, on estime qu’elle n’est pas diagnostiquée dans 40 % des cas. Par ailleurs, les personnes âgées déprimées demandent rarement de l’aide de leur propre initiative.Si elle n’est pas traitée, cette maladie peut durer pendant des mois voire des années. La  dépression non traitée est la principale cause de suicide chez les personnes âgées.

Qu’est ce que c’est ?

C’est une maladie de l’humeur qui  se manifeste par une tristesse disproportionnée par rapport aux difficultés existentielles, une perte d’intérêt  et de goût de la vie, un sentiment de vide douloureux, un sentiment d’inutilité témoignant d’une souffrance morale importante.

Elle est souvent associée à l’angoisse. Le risque majeur est  le suicide.

Les symptômes

Chez certains sujets âgés, les symptômes sont les mêmes que chez l’adulte jeune.

Ce sont des sentiments persistants de tristesse, une incapacité à trouver la vie agréable comme auparavant, un sommeil perturbé, une modification de l’appétit et du poids, une perte  d’intérêt, des ruminations suicidaires,  une irritabilité,  une difficulté à se concentrer,  une agressivité, des sentiments d’inutilité,  de culpabilité et une agitation ou un ralentissement  psychomoteur.

La dépression peut toutefois  prendre chez la personne âgée, des allures différentes. Elle est alors souvent masquée. Les symptômes sont alors plutôt physiques que psychologiques.
Il s’agit de désordres gastro-intestinaux, un mauvais état général, des douleurs ostéo-articulaires et musculaires,  des troubles cardiovasculaires.
Parallèlement, le déni  de dépression et une absence de tristesse gênent le diagnostic.

Une symptomatologie hypochondriaque est aussi fréquente. Les plaintes sont principalement cardiovasculaires, urinaires et gastro-intestinales.

Le diagnostic

Le médecin élimine une pathologie intercurrente, qui peut expliquer certains symptômes. Il utilise certaines échelles pour confirmer son diagnostic: il existe une échelle de la dépression de la personne âgée, la GDS (geriatric dépression scale), qui aide au diagnostic.

Parfois, les perturbations intellectuelles que provoque la dépression peuvent, chez la personne âgée, faire évoquer le diagnostic de démence.

En effet,  un déficit cognitif peut devenir un trait clinique de certains sujets âgées dépressifs. Le diagnostic devient alors difficile car la symptomatologie ne permet pas toujours de trancher, ni même les tests  psychométriques.

Le médecin  aura dans certains cas, recours au traitement antidépresseur d’épreuve dont l’efficacité (qui ne pourra être mesurée qu’au bout de 4 semaines de traitement, minimum), constitue le seul moyen de confirmer le diagnostic.
En outre, dans certains cas,  ces deux pathologies (dépression et démence) peuvent coexister.

La dépression peut précéder la démence, elle peut être alors la conséquence d’une prise de conscience douloureuse de l’installation des déficits intellectuels  ce qui traduit une tentative d’adaptation. Ou bien elle survient  au cours d’un état démentiel  déjà diagnostiqué et installé.
Il est important d’être attentif à des signes indirects que sont les modifications comportementales, les cris, l’agitation.

Une authentique mélancolie peut survenir chez la personne âgée. Elle prend l’aspect d’une dépression intense avec prostration, mutisme ou au contraire agitation et agressivité. C’est une urgence thérapeutique du fait du retentissement  somatique rapide  et du risque important de conduite suicidaire.

C’est la raison pour laquelle le diagnostic de la dépression et son traitement sont importants.
Pour toutes ces raisons, il est important de rappeler que la dépression est une maladie que l’on soigne.

Conséquences sur la perte d’autonomie

La personne âgée dépressive est épuisée et a perdu goût à la vie, ce qui se répercute sur son autonomie.

Les gestes et loisirs de la vie de tous les jours sont affectés comme gérer les taches administratives, lire, préparer ses repas. Souvent la personne âgée dépressive ne se lève pas le matin, reste dans son lit, ne se lave plus, ne s’habille pas, s’alimente mal ou ne s’alimente plus, ne sort plus de chez elle et ne fait plus ses courses car elle n’en voit pas l’utilité.

A moyen  terme, ceci entraîne une dénutrition, un amaigrissement, une incurie,  une faiblesse et fonte  musculaire,  une sensibilité plus accrue aux infections, des ankylose, voire une grabatisation.

Qui est exposé ?

Il n’y a pas de population qui soit épargnée, toutefois il existe des facteurs de risques clairement établis tels que :

  • La solitude ;
  • L’isolement  social et affectif ;
  • La mise à la retraite ;
  • La diminution des revenus ;
  • Le veuvage-  Deuil ;
  • Le deuil ;
  • Le sexe féminin ;
  • La perte d’autonomie ;
  • L’existence  de  affections concomitantes  telles que : cancer (50%) ; parkinson (30%) ; diabète (30%) ; AVC (30à 50%), les démences, infarctus du myocarde (18%), hypertension artérielle (10%)
  • La démence ;
  • Certains médicaments (effets secondaires).

Comment vivre et accompagner ?

Le diagnostic de dépression ne doit pas être vécu comme une fatalité, car la prise en charge est actuellement efficace surtout si elle est globale (traitement médicamenteux et prise en charge psychologique, en tenant compte de la personne dans sa globalité et de son environnement).

L’accompagnement est important. Les sorties, les activités sociales, les encouragements  et l’observance du traitement sont indispensables pour la guérison, pour casser cette perte d’estime de soi même.
Maintenir une activité régulière, s’intégrer dans des groupes de paroles ou moins informel de groupes d’amis, créer de nouveaux centres d’intérêt, sont autant de moyens pour essayer de casser l’isolement et accompagner la personne âgée  dépressive.

Lorsque le degré de dépendance augmente, on peut avoir recours à des systèmes d’aide à domicile comme le service de soin infirmier à domicile SSIAD quand le médecin le juge indispensable; ou à des associations d’aide à domicile, qui permettent un passage de soignant pour la toilette et les repas, d’auxiliaire de vie pour l’entretien du domicile et les courses.
On peut avoir aussi recours à des plats préparés ou à système de portage de repas à domicile (service de la mairie, associations).

Comment la prévenir ?

Il existe des rechutes, dont le seul traitement préventif est la bonne observance, c'est-à-dire de bien prendre son traitement antidépresseur et de signaler tout changement au médecin. 

Un suivi médical régulier est indispensable pour dépister les premiers symptômes ou une rechute  de la dépression  ce qui permet d’anticiper les risques ou d’adapter la prise en charge médicale et paramédicale.

Cette prise en charge doit s’accompagner de la réalisation d’un projet de vie, avec le patient,  les proches, le médecin afin d’éviter l’isolement et la perte d’autonomie.

Traitement

Il est important de rappeler que la dépression est une maladie que l’on soigne.
Sur le chemin de la guérison, la communication, quand elle est possible, est l’une des étapes majeures qu’il est nécessaire de franchir.
Le traitement de base est un traitement médicamenteux anti-dépresseur, avec une prise en charge par un psychologue en fonction des symptômes.

Les traitements par médicaments antidépresseurs ont pour objectif la réduction significative des symptômes de la dépression. Ces traitements agissent par différents mécanismes pharmacologiques sur les neurotransmetteurs du cerveau (par exemple la sérotonine et la noradrénaline).
Comme tout médicament, l’antidépresseur a des effets secondaires qui sont plus ou moins tolérés par le patient dépressif, et qu’il faut signaler au médecin.

Le suivi par le médecin  est très important dans l’évaluation de la maladie, de l’efficacité du traitement établi, et des effets secondaires de ce dernier.
Le traitement  efficace doit être poursuivi suffisamment longtemps pour endiguer la maladie et couvrir le risque de rechute. Cela peut prendre donc quelques mois voir années chez la personne âgée.

Un autre traitement peut être utilisé, la sismothérapie. Elle est indiquée dans les dépressions majeures récalcitrantes au traitement médicamenteux classique, nécessitant une prise en charge et un suivi spécialisés par le psychiatre.

Il existe des traitements non médicamenteux dont certains sont en cours d’évaluation. Parmi ces traitements : les groupes de paroles, psychothérapie de soutien familial, musicothérapie et art thérapie.


Bookmark and Share Flux RSS

Simulateur

Conformité du logement ?


Comment évaluer la qualité de votre logement en termes de prévention des risques de chutes, mais aussi d’isolement, de qualité de vie avec toutes les conséquences que l’on connaît sur la perte d’autonomie ?

Simulateur

Quel besoin d’aide ?


Comment évaluer le besoin d’aides sous la forme d’outils et de technologies pour faciliter la vie quotidienne et le maintien à domicile d’une personne dépendante ou en perte d’autonomie ?

Agrandir la police

Si vous trouvez l'écriture du site web trop petite, il est possible de l'agrandir via le navigateur :
1. Pour tous les navigateurs
touche ctrl et molette de la souris
2. Par les menus des navigateurs :
* Affichage >>> Taille du texte (Internet Explorer 6 et 7)
* Affichage >>> Zoom (Firefox / Opéra / Internet Explorer 8 et +)
* Menu >>> Réduire/Agrandir (Safari / Chrome)
3. Pour tous les navigateurs sauf Internet Explorer 6
touche ctrl et touche + pour zoomer
touche ctrl et touche - pour dé-zoomer
4. Pour les utilisateurs Mac :
Remplacer touche ctrl par touche cmd
Le contenu mis à disposition sur le site est fourni à titre informatif. Il appartient à l'internaute d'utiliser ces informations avec discernement et esprit critique. L'existence d'un lien de ce site vers un autre site ne constitue pas une validation dudit site ou de son contenu. La responsabilité de l'éditeur ne saurait être engagée quant aux informations, opinions et recommandations formulées par ces tiers. Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, du Site ou de tout élément entrant dans sa composition, quel qu'en soit le support ou le procédé est interdite. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile ou pénale du contrefacteur.