30 janvier 2012

Biologie du vieillissement

Bookmark and Share Flux RSS

Le vieillissement un phénomène naturel et physiologique qui touche tous les êtres vivants. Différentes théories du vieillissement sont possibles.

Qu’est ce que le vieillissement ?

C’est un phénomène naturel et physiologique qui touche tous les êtres vivants.
Une conception biologique très répandue dit que le vieillissement est le manque d’adaptation à des changements progressifs menant à une somme d’altérations qui rendent l’individu de plus en plus vulnérable à des agressions extérieures ou à des maladies. La longévité maximale de l’espèce humaine, qui est de 120 ans, est déterminée par des facteurs génétiques mais est aussi fortement modulés par des facteurs environnementaux.

Les mécanismes biologiques impliqués

On ne connaît pas aujourd’hui un processus biologique unique qui expliquerait l’origine et les conséquences du vieillissement. L’avancée des connaissances montre en fait que plusieurs facteurs semblent impliqués dans certains aspects du vieillissement et que ce processus serait complexe et multifactoriel. De nombreuses théories du vieillissement ont été élaborées :

  • des théories génétiques (mutations),
  • des théories non génétiques comme la théorie immunologique, des radicaux libres, des déchets,
  • des théories mixtes.

Les radicaux libres

Les radicaux libres sont formés dans la cellule lors du métabolisme de l’oxygène. Ils entraînent des altérations de celle ci. La production de radicaux libres est augmentée au cours du vieillissement, les capacités de réparation cellulaire sont amoindries, conduisant à un état dit de « stress oxydatif ». Les radicaux libres semblent aussi intervenir dans la physiopathologie de certaines maladies, fréquentes chez le sujet âgé, comme l’athérosclérose, le diabète, les cancers ou encore les maladies neuro-dégénératives. Cependant, les bienfaits des médicaments anti-oxydants n’ont jamais pu être réellement établis.

Les facteurs génétiques

Le matériel génétique joue un rôle capital pour contrôler ou réguler les processus biologiques qui conduisent au vieillissement de l’organisme.
Il existe chez l’homme plusieurs syndromes rares de vieillissement prématuré tel le syndrome de Werner. Ils sont dus à des mutations qui diminuent la survie mais qui sont aussi responsables de manifestations cliniques survenant à un age précoce (ex : chute de cheveux, athérosclérose, cataracte, peau ridée).
La notion de contrôle interne par l’organisme de certains événements impliqués dans le vieillissement fait suspecter l’existence d’une horloge biologique interne capable d’intégrer la notion de temps et de la transformer en signaux biologiques. La plupart des cellules meurent sous forme d’un suicide (l’apoptose) dont le début et la progression sont finement contrôlés par plusieurs gènes. L’apoptose joue un rôle primordial dans les phénomènes dégénératifs qui sont souvent associés au vieillissement, comme les maladies de Parkinson et d’Alzheimer.  L’absence d’apoptose mène à des phénomènes prolifératifs non contrôlés comme les cancers.

Les facteurs immunologiques

Des altérations du système immunitaire pourraient contribuer aux changements associés au vieillissement. Avec l’avancée en âge, le système immunitaire devient moins efficace, sa capacité à combattre les infections diminue.

Interventions possibles

Existe-t-il des moyens fondés sur nos connaissances biologiques d’augmenter la longévité maximale et/ou de retarder le vieillissement de l’organisme ?
Pour le moment, chez l’homme, il n’y a pas d’interventions qui puissent augmenter la longévité. Les « antioxydants » n’ont pas démontré d’effets sur le processus de vieillissement.
Seule une intervention sur le mode de vie peut réduire les effets nocifs du vieillissement : bon équilibre alimentaire, exercice physique régulier. Elles ne font cependant que retarder l’apparition des déficiences.

Ainsi, l’activité physique pratiquée de manière régulière permet de maintenir un meilleur fonctionnement musculaire, cardio-vasculaire, respiratoire et ainsi de préserver une meilleure autonomie.
Il faut éviter de s’exposer aux facteurs d’agression extrinsèque comme le soleil, le tabac mais aussi à des niveaux sonores élevés qui entraînent des altérations auditives.
Interventions nutritionnelles : la prévention de la malnutrition est un facteur important pour prévenir la perte d’autonomie et la fragilité des personnes âgés.

Plus d'information sur le vieillissement sur www.mieuxvivresaretraite.fr !


Bookmark and Share Flux RSS

Actualité

Des unités cognitivo-comportementales

Dans le cadre du plan Alzheimer il a été décidé de créer au sein de structures de Soins de suite et de réadaptation, des unités cognitivo-comportementales.

Actualité

Une vie plus longue mais en moins bonne santé

Selon une enquête réalisée dans 27 pays de l'Union européenne l'espérance de vie des Français progresse avec 85,3 ans pour les femmes en 2010 et 78,2 ans pour les hommes : c’est une des meilleures d'Europe.

Agrandir la police

Si vous trouvez l'écriture du site web trop petite, il est possible de l'agrandir via le navigateur :
1. Pour tous les navigateurs
touche ctrl et molette de la souris
2. Par les menus des navigateurs :
* Affichage >>> Taille du texte (Internet Explorer 6 et 7)
* Affichage >>> Zoom (Firefox / Opéra / Internet Explorer 8 et +)
* Menu >>> Réduire/Agrandir (Safari / Chrome)
3. Pour tous les navigateurs sauf Internet Explorer 6
touche ctrl et touche + pour zoomer
touche ctrl et touche - pour dé-zoomer
4. Pour les utilisateurs Mac :
Remplacer touche ctrl par touche cmd
Le contenu mis à disposition sur le site est fourni à titre informatif. Il appartient à l'internaute d'utiliser ces informations avec discernement et esprit critique. L'existence d'un lien de ce site vers un autre site ne constitue pas une validation dudit site ou de son contenu. La responsabilité de l'éditeur ne saurait être engagée quant aux informations, opinions et recommandations formulées par ces tiers. Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, du Site ou de tout élément entrant dans sa composition, quel qu'en soit le support ou le procédé est interdite. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile ou pénale du contrefacteur.