14 mars 2012

Les troubles du sommeil de la personne âgée

Bookmark and Share Flux RSS

Le sommeil évolue avec l’âge mais l’âge n’est pas synonyme d’insomnie.

Qu’est-ce que c’est ?

Le sommeil est un état physiologique naturel et périodique qui tend au repos et à la récupération des capacités physiques et psychiques. Il occupe le tiers de l’existence de l’être humain.

Il est indispensable à la vie tant au plan physique que psychique.
Les troubles du sommeil exprimés sur le mode de l’insomnie constituent une plainte fréquente chez la personne âgée.

Organisation du sommeil

Le sommeil se décompose en cycles d’1h30 à 2h.

Chaque cycle se divise en deux périodes :

Le sommeil lent : le corps est détendu, la personne récupère de la fatigue physique.
Le sommeil paradoxal : le corps est mobile, le corps récupère de la fatigue mentale.

Entre chaque cycle, il existe une période de réveil dont la plupart des dormeurs ne se rendent pas compte. Seuls les sujets en proie aux troubles du sommeil ont la sensation et le souvenir de s’être réveillé de nombreuses fois.
Les troubles du sommeil sont variés : difficulté d’endormissement, réveils multiples, réveils la nuit avec difficulté de se rendormir.
Le sommeil est en relation avec l’état physique et mental de l’individu.
Chez la personne âgée, le temps total de sommeil est stable, malgré la notion classique  de « on dort moins avec l’âge ».

Cependant, lors du vieillissement, le pouvoir de récupération diminue après une privation de sommeil. La modification majeure du sommeil liée à l’âge est la fragmentation du sommeil nocturne par de nombreux éveils et micro éveils responsables d’un sommeil instable, avec des difficultés à se rendormir. Paradoxalement, le délai d’endormissement ne varie pas.

Symptômes

Les troubles du sommeil sont classés selon leur forme, leur durée ou leurs causes.

La classification internationale des troubles du sommeil (ICSD) distingue :

  • les dyssomnies : perturbations de la qualité, de la quantité ou des horaires du sommeil tels que insomnies (la plainte la plus courante), hypersomnie, trouble du rythme du sommeil (notamment l’inversion du rythme nycthéméral : la personne dort le jour et reste éveillée toute la nuit).
  • Les parasomnies : phénomènes anormaux qui surviennent au cours du sommeil : somnambulisme, cauchemars
Les troubles les plus fréquemment retrouvés chez la personne âgée sont l’insomnie, inversion du rythme et la somnolence diurne (le jour).

L’insomnie

C’est une plainte subjective qui désigne à la fois une durée insuffisante du sommeil et un sommeil non réparateur. Elle se caractérise, selon les cas, par des difficultés d’endormissement, des éveils au cours de la nuit, un réveil matinal précoce ou encore une impression d’absence totale de sommeil.
Les causes sont multiples. Les plaintes augmentent avec l’âge, et touche deux fois plus les femmes que les hommes.

Les troubles de l’éveil et hypersomnie

Ces troubles correspondent à une vigilance altérée en durée ou en qualité.
A l’inverse de l’insomnie, ces troubles sont souvent méconnues, négligés, plus difficiles à diagnostiquer et à traiter d’autant que la déstructuration du sommeil est parfois mal perçue par le patient. Parmi ses troubles, on note le syndrome d’apnée du sommeil (SAS). Il se définit comme un arrêt de l’échange aérien de la bouche et du nez  d’au moins 10 secondes, survenant plusieurs fois par heure de sommeil. Il entraîne une hyper somnolence diurne. C’est souvent l’entourage qui exprime la gêne générée par ronflement bruyant du patient. Il est souvent accompagne d’autres pathologies telles que l’obésité, l’hypertension artérielle, l’insuffisance  respiratoire

Mouvements périodiques nocturnes des jambes ou syndrome des jambes sans repos

Ce syndrome souvent méconnu concerne 40% de la population de plus de 60ans.
Il s’agit de mouvements de flexion, du genou sur la hanche, responsable d’un allégement du sommeil et de micro éveils. Il correspond aux « impatiences ».
Le diagnostic est affirmé par la polysomnographie (enregistrement du sommeil).

Les causes

Causes organiques (liées à l’organisme)
De nombreuses pathologies peuvent perturber le sommeil, en particulier les affections :

  • douloureuses (exemple des rhumatismes..)
  • digestives : reflux gastrique
  • cardiaques, urinaires etc.
  • pulmonaire : l’insuffisance respiratoire, asthme..
  • neurologiques : maladie de parkinson, sclérose en plaque, les démences dont la  maladie d’Alzheimer, les séquelles d’accident vasculaire cérébral

Causes neuro-psychiatriques
Tous les troubles psychiques peuvent s’accompagner d’une insomnie.
Les pathologies les plus fréquemment observées chez la personne âgée sont :  

  • Les états dépressifs : souvent masqués chez la personne âgée, qui entraînent un réveil précoce.
  • L’anxiété : Elle est souvent à l’origine d’une insomnie d’endormissement chronique, en s’opposant à l’abandon dans le sommeil. Le coucher s’accompagne souvent d’une tension anxieuse avec crainte de l’insomnie, de ruminations, de rituels.
  • La confusion : Elle désorganise le cycle de sommeil-veille entraînant souvent une insomnie totale, à l’origine d’une agitation nocturne.
  • Les pathologies neuro-dégénérative (démences) quelque-soit leurs stades  s’accompagnent de troubles du sommeil.

Cause toxique ou médicamenteuse
Tels que l’abus de substances stimulantes telles que le café, le tabac…
L’alcool, son abus et son sevrage sont à l’origine de perturbation du              sommeil, d’insomnie  presque totale.
Certain médicaments perturbent le sommeil, tels que les diurétiques, les psychotropes….

Le diagnostic

Le médecin écoute la plainte du patient, de son entourage, recherche des circonstances psychique anxiogène, ou la prise de substance stimulante ou de traitement perturbant le sommeil. Il examine le patient à la recherche de pathologies qui peuvent induire des troubles du sommeil (pathologie organique, psychiatrique, pathologie qui induit des douleurs comme l’arthrose, neuro-dégénératives telles que la démence).

Des examens complémentaires peuvent être réalisés en fonction de l’examen initial (la polysomnographie ou enregistrement du sommeil par exemple).

Conséquences sur l'autonomie

Les troubles du sommeil ne sont pas sans conséquences sur la vie quotidienne.
Ils entraînent une fatigue et un stress important, exacerbant souvent les pathologies auxquelles ils sont souvent associées telles que l’anxiété, la dépression, la démence. Ils entraînent aussi des troubles de l’équilibre voire des chutes, une irritabilité, des difficultés d’attention, une opposition aux soins. Ils sont à l’origine d’agressivité essentiellement vis-à-vis de l’entourage et mettent en cause le maintien à domicile de la personne âgée présentant ces troubles.

Comment prévenir

Il faut avant tout identifier les causes, afin de modifier ceux qui sont modifiable, et mettre en places des mesures préventive essentiellement basé sur un rituel claire basé essentiellement sur des règles d’hygiène du sommeil adaptés au sujet âgé :

  • Se lever chaque matin à une heure régulière
  • Se coucher à heure régulière
  • Effectuer des activités non stimulantes, corporellement ou intellectuellement avant le coucher, se détendre
  • Éviter siestes ou sommes inhabituels
  • On s’endort mieux dans de bonne condition de confort, d’installation, de tranquillité et d’obscurité
  • Pratiquer une activité physique dans la matinée ou en début d’après- midi
  • Éviter les repas chargés et les boissons excitantes en fin de journée (café, thé.)
  • Éviter l’alcool, aller au lit trop tôt

Les traitements

Le traitement consiste en premier lieu à rechercher une cause curable et à la traiter. Il doit être complété par des traitements non médicamenteux, tels qu’une hygiène du sommeil, auxquels le médecin associe souvent un traitement médicamenteux adapté.

Les règles d’hygiène ont été évoques dans le chapitre précédent.
Le traitement médicamenteux consiste en un traitement hypnotique (qui induit le sommeil), voire dans certaines indications un traitement psychotrope.
Le médecin informe le malade de certains effets indésirables des médicaments, et du risque de dépendance pour certains. Le traitement médicamenteux doit être prescrit sur une courte durée sauf cas particulier.
Dans le cadre du syndrome d’apnée du sommeil, un appareillage pour une respiration en pression positive continue la nuit doit être mise en place.
Par ailleurs, une psychothérapie, ou une thérapie comportementale trouvent aussi leur indication, surtout si des troubles psychique ou cognitifs sont associés.


Bookmark and Share Flux RSS

Simulateur

Conformité du logement ?


Comment évaluer la qualité de votre logement en termes de prévention des risques de chutes, mais aussi d’isolement, de qualité de vie avec toutes les conséquences que l’on connaît sur la perte d’autonomie ?

Simulateur

Quel besoin d’aide ?


Comment évaluer le besoin d’aides sous la forme d’outils et de technologies pour faciliter la vie quotidienne et le maintien à domicile d’une personne dépendante ou en perte d’autonomie ?

Simulateur

Quel risque de maladie ?


Quel risque de maladie vous avez dans le cadre de vos comportements santé actuels ? Comment vous pouvez faire évoluer ce risque en modifiant vos comportements ?

Agrandir la police

Si vous trouvez l'écriture du site web trop petite, il est possible de l'agrandir via le navigateur :
1. Pour tous les navigateurs
touche ctrl et molette de la souris
2. Par les menus des navigateurs :
* Affichage >>> Taille du texte (Internet Explorer 6 et 7)
* Affichage >>> Zoom (Firefox / Opéra / Internet Explorer 8 et +)
* Menu >>> Réduire/Agrandir (Safari / Chrome)
3. Pour tous les navigateurs sauf Internet Explorer 6
touche ctrl et touche + pour zoomer
touche ctrl et touche - pour dé-zoomer
4. Pour les utilisateurs Mac :
Remplacer touche ctrl par touche cmd
Le contenu mis à disposition sur le site est fourni à titre informatif. Il appartient à l'internaute d'utiliser ces informations avec discernement et esprit critique. L'existence d'un lien de ce site vers un autre site ne constitue pas une validation dudit site ou de son contenu. La responsabilité de l'éditeur ne saurait être engagée quant aux informations, opinions et recommandations formulées par ces tiers. Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, du Site ou de tout élément entrant dans sa composition, quel qu'en soit le support ou le procédé est interdite. Le non-respect de cette interdiction constitue une contrefaçon susceptible d'engager la responsabilité civile ou pénale du contrefacteur.